Culture.fr

Projets

Par Ministère de la culture et de la communication

Edité le 07 novembre 2013 / 0

Thématiques :

Mots clefs :

Stratégie Open data

Le ministère de la Culture et de la Communication, une politique d’open data culturel volontariste

Le ministère de la Culture et de la Communication entend donner sa pleine mesure à la politique gouvernementale en faveur de l’ouverture et du partage des données publiques coordonnée par la mission Etalab.

Les données publiques culturelles participent à l’éducation des citoyens et des plus jeunes, favorisent la démocratisation culturelle et la transmission des savoirs tout en restaurant des liens directs avec l’usager. C’est pourquoi la Ministre de la Culture et de la Communication souhaite conduire une politique d’ouverture des données publiques culturelles afin de créer un écosystème dynamique de création et d’innovation. A l’occasion de l’automne numérique, 150 jeux de données ont ainsi été libérés par le ministère de la Culture et de la Communication et nombre de ses établissements publics, et mis à disposition lors du hackathon dataculture. Il s’agit par exemple de métadonnées de la Bibliothèque nationale de France, de coordonnées GPS des monuments historiques par le Centre des monuments nationaux, des métadonnées attachées aux dossiers pédagogiques du Centre national d’art et de Culture Georges Pompidou, etc.
Ce type d’action s’inscrit dans le cadre de la feuille de route stratégique open data du ministère de la Culture et de la Communication. Cet engagement sera rappelé dans la Charte open data du G8 et constituera l’un des leviers de la stratégie numérique territoriale du ministère conformément aux objectifs du volet numérique des futurs contrats de projets État-Région.

Le ministère de la Culture et de la Communication, les établissements publics sous tutelle et les directions régionales des affaires culturelles (DRAC) devront s’engager dans une plus grande ouverture des données publiques culturelles en prenant appui sur les prescriptions du rapport Data Culture.

Afin d’accompagner cette dynamique, un rapport sur l’évaluation des modèles économiques de redevances de réutilisation des données culturelles sera remis à la fin du mois de novembre.

Dans le cadre de la feuille de route du gouvernement en matière d’ouverture et de partage des données publiques, chaque administration a dû préciser sa stratégie d’ouverture des données publiques (« open data ») notamment dans son programme ministériel de modernisation et de simplification (PMMS).

Le secteur culturel, quelles que soient ses spécificités qui doivent être affirmées et reconnues, ne doit pas s’inscrire en marge d’une économie numérique des données en train de se construire.

C’est pourquoi le ministère de la Culture et de la Communication entend donner sa pleine mesure à la politique gouvernementale en faveur de l’ouverture des données publiques et s’attachera à créer une véritable dynamique d’écosystème innovant autour de ses ressources culturelles numériques.


The ministry of Culture and Communication, a dynamic cultural open data policy

The ministry of Culture and Communication wants to give the government’s policy in favor of open data and public sector information (PSI) sharing handled by the ETALAB task force its full meaning.

Cultural PSI contribute to the education of citizens and the youth, promote cultural democratization and knowledge transmission while restoring direct links with the users. That is why the Minister of Culture and Communication wants to conduct a policy dedicated to the opening of public cultural data in order to create a dynamic ecosystem of creation and innovation.

During the Automne numérique (digital autumn), 150 data sets have been made available by the ministry of Culture and Communication and several public cultural institutions during the dataculture hackathon. For example, there are metadata from the French national Library, GPS coordinates of historic monuments provided by the Center of national monuments, metadata attached to educational files of the Georges Pompidou national Center of art and Culture, etc.

This type of action is part of a strategic open data roadmap of the ministry of Culture and Communication. This commitment will be recalled in the G8 open data charter and will be one of the leverages of the ministry’s territorial digital strategy in accordance with objectives of the digital section of the future project contracts between State and Regions.

The ministry of Culture and Communication, public establishments placed under supervision of the Ministry and the regional cultural affairs directions (DRAC) will have to engage in a greater openness of public cultural data based on the guidelines set up by the Data Culture Report.

To accompany this dynamic, an evaluation of the public cultural data reuse royalties will be handed in at the end of November.

 

 

Les commentaires sont fermés.